Thiebou kethiakh ou thiebou niébé

Thiébou kéthiakh (thiébou niébé ou thiébou Guédj) – riz au poisson fumé et séché

Le thiébou kéthiakh est un plat simple et très nourrissant composé de poisson fumé puis séché (le kethiakh), de poisson salé puis séché (le guedji), d’haricots secs, de légumes et de fruits de mer (facultatifs). N’oublier pas que certaines personnes sont allergiques aux fruits de mer. Donc c’est pas aussi nécessaire d’en mettre trop, 1 à 2 fruits de mer suffisent.

Cette recette me rappelle plein de choses sur mon enfance. J’ai grandi à Pikine, l’une des villes les plus peuplées de la banlieue  dakaroise. J’ai vécu une partie de ma jeunesse là-bas. A côté de ma maison, il y avait des champs et un large espace non occupé avec de braves femmes qui transformaient le poisson en poisson fumé et séché. Vers les années 2000, vous pouviez avoir 2 à 3 kéthiakh à 100f mais aujourd’hui, le kéthiakh se vend à 100 FCFA l’unité. Du coup j’en mangeais fréquemment, faut aussi noter que à la base ont à pas besoin d’un budget important pour préparer le thiébou kéthiakh.
D’habitude, on cuisine le thiébou niébé quand il n’y a pas de poisson frais sur le marché ou quand le poisson est trop cher.
Pour faire un bon thiébou kéthiakh, il faut miser sur le choix du kéthiakh, du poisson fumé « kong fumé » sans oublier le Guédj qui apportent plus de goût à la recette. J’ai choisi le guédj « yess », c’est plus bon mais aussi plus chère que les autres types de guédj. Un petit morceau de guédj yess coûte environ 500 à 1000 FCFA. Le guedji « beurre » plus facile à trouver notamment si vous vivez en dehors du Sénégal peut aussi faire l’affaire.
En ce qui me concerne, j’ai choisi de mettre des fruits de mer pour apporter plus de condiments. Sans oublier les légumes pour plus d’équilibre. Vous pouvez choisir n’importe quels légumes.
J’ai ajouté de la tomate concentrée pour avoir un thiébou kéthiakh rouge, mais vous pouvez ne pas mettre de la tomate pour que le riz soit blanc, c’est tout aussi bon.
Sans plus tarder, passons à la réalisation de cette nouvelle recette.

Préparation de la recette :

Pour 5 à 6 personnes
Durée : 1 h 30
Coût : moyen

Ingrédients de la recette:

¼  L d’huile
250 g de kéthiakh (poisson fumé puis séché)
1 morceau de yët (mollusque séché)
2 oignons
2 piment frais (vert et jaune)
3 gousses d’ail
200g de tomate concentrée
180g de niébé (haricots secs)
3 feuilles de laurier
1 poivron vert
Piment en poudre
1 cuillère à café de bouillon (optionnel)
1 cuillère à café de poivre en poudre
1 carotte
1 petit chou
1 manioc
1 aubergine
1 part de potiron
100 g de tamarin
500 g de crevettes
125 g de « pagnes »
1 morceau de guédj (guédj yass de préférence)
500g de poisson fumé (Kong fumé)
1 cuillère à café de sucre
1 kg de riz
1 citron

Préparation :

Laisser reposer les niébés dans de l’eau pendant 30 min.
Découper le kéthiakh  en morceaux et enlever les arêtes. Nettoyer dans un bol d’eau en frottant légèrement.
Nettoyer le morceau  de « yët » en grattant le dessus à l’aide d’un couteau.
Mettre à chauffer 1/4 L d’huile dans une marmite. Ajouter les morceaux de kéthiakh et le « yët ». Laisser dorer 5 min environ.
Ajouter un oignon haché, une gousse d’ail finement émincée et un piment vert haché. Remuer et laisser dorer pendant 2 min.
Mettre la tomate concentrée dans la marmite, ajouter un demi verre d’eau et mélanger. Laisser cuire environ 5 min en remuant de temps en temps. Vous devez obtenir une couleur rouge foncé.
Préparer le nokoss. Pour cela couper un oignon en morceaux. Mixer légèrement l’oignon, l’ail restant, un poivron vert, un piment frais, une pincée de poivre et de piment en poudre. Ajouter ce mélange dans la marmite.
Ajouter 1,5 L d’eau et les haricots (niébés). Ajouter les feuilles de laurier, une cuillère à café de bouillon et une bonne pincée de sel.
Laver les légumes les uns après les autres pour enlever les bactéries. Ajouter les légumes : la carotte, le chou, le manioc, l’aubergine, le potiron, le piment frais….

 

Laver et ajouter dans la marmite le poisson fumé (Kong fumé) et le guédj.

Ajouter les crevettes et les « pagnes ». Remuer et laisser cuire 25 min à feu moyen en retirant entre temps les légumes qui sont cuits (piment frais et potiron) car ils ont un temps de cuisson minime.
Récupérer l’huile qui se trouve au-dessus de la sauce et réserver dans un petit bol avant de cuire à la vapeur le riz. Ce processus permet de ne pas perdre la couleur après la cuisson du riz.
Nettoyer le riz et verser dans le haut d’un couscoussier posé au-dessus de la sauce. Fermer et laisser cuire environ 10 min. Puis retirer le couscoussier.
Retirer le « guédj » et le poisson fumé. Retirer les autres légumes et les fruits de mer. Les mettre dans un saladier. Ajouter une louche de sauce. Réserver.
Mettre deux autres cuillères à soupe de sauce dans un petit bol et ajouter le tamarin.
Rajouter l’huile rouge qui était réservée lors de la cuisson du riz dans la marmite. Ajouter une cuillère à café de sucre pour adoucir le goût. Mélanger.
Goûter l’assaisonnement et ajuster si besoin. Mettre le riz précuit à la vapeur dans la marmite et laisser cuire à feu doux environ 25 min en remuant tous les 7 min. Vérifier la cuisson de temps en temps. Il ne doit plus y avoir de liquide dans la marmite en fin de cuisson. Si c’est tendre, le riz est cuit. Sinon laisser cuire encore quelques minutes. Au besoin, rajouter un peu de la sauce qui a été réservée pour poursuivre la cuisson du riz.

Dressage du thiébou kéthiakh :

Dans un grand saladier, ajouter le riz. Ajouter le poisson fumé. Mettre les légumes (la carotte, le chou, le manioc, l’aubergine et le potiron). Ranger les crevettes les unes après les autres afin d’harmoniser.
Couper un citron et mettre au-dessus du plat.

Votre thiébou kéthiakh est prêt.
Bon appétit et à bientôt pour une nouvelle recette. Si vous avez aimé cette recette, n’hésitez pas à liker et à partager.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here